Jalousies et rivatitès entre frères et Soeurs

Voici que je termine la lecture de cet excellent livre et m’apprête à le faire connaitre via facebook. Je commence mon article… Mais tant de chose à dire à son sujet qu’un simple post n’y suffit plus. Je décide donc d’y consacrer un petit article sur perplexe.

Ne vous inquiété pas le doute sera encore présent ici ;-)

Comme tout ces livres qui abordent les thématiques sans jugement, je pense que quelque soit votre « mode éducatif » vous pouvez lire se livre sans risquer de vous sentir offusqué, frustré, attaqué sur l’éducation que vous donnez à vos enfants.
Ce livre présente quelques habilités pour trouver des solutions aux conflits. Basé sur l’écoute des besoins et sentiments de chacun:
Les enfants bien sûr, mais vous même aussi. Il me semble, et je peux me tromper, que quelques soit l’éducation et l’instruction que vous voulez donner à votre enfant se livre peut vous apporter un plus.

Là ou j’ai été le plus surpris, à la lecture de ce livre, c’est l’enseignement qu’il m’a apporté sur ma relation avec mes propres frères et mes parents. Cela ne fait pas si longtemps que je suis convaincu de la bienveillance permanente qu’on (et qu’on eu) mes parents envers nous. C’est probablement avec l’arrivée de Maëlle que j’ai pris pleinement conscience de la difficulté de la tache.
Il y a encore 10 ans, je pense que je me faisais une raison et je me disait que je ferais différemment, que je ne voulait pas reproduire les « erreurs » de mes parents. J’étais sur de ce qu’il ne fallait pas faire. J’étais sur que mes parents avaient commis des « erreurs » dans mon éducation. En lisant ce type de livre, je me rend pleinement compte qu’ils n’ont pas fait « d’erreurs ». La tache était imposante, à leur manière, elle est réussit. Oui je ferais différemment, mais en y réfléchissant profondément, pas tant que cela. Peut-être que j’arriverais à ne pas reproduire ce qui pour moi a été difficile de vivre; mais je sais que je ferais d’autre choses qui pourront-être analysé comme « des erreurs » par mes enfants. Je crois qu’a fin de pouvoir assumer ce regard futur, je dois me concentrer aujourd’hui sur la bienveillance de l’éducation que je donne. Est ce que ce que je donne est bon pour ma fille, mon fils ?

En écrivant cela je me dis que vous devez penser « Oui bien sûr c’est évident, moi aussi je donne ce qui est bon pour mes enfants ». Moi-même, en écrivant cela je dis « comment il pourrait en être autrement ? ». Et pourtant je sais déjà que je doit travailler dessus car ce n’est pas toujours ce que je fais. Nous ne sommes pas dans la réflexion à chaque instant ou nous échangeons avec nos enfants, et heureusement. Du coup dans la majeure partie des cas, nous répondons à nos besoins, ce qui est bon pour nous. L’écoute active et l’empathie de chaque enfant en tant qu’individu et de leur relation entre frère et sœurs est une des clefs pour être sur de donner ce qui est bon pour eux. En tout cas de donner en pleine connaissance de cause, ce qui vous semble être le mieux pour eux.

Pour ma part cette écoute active n’est pas innée. Et ce livre va m’aider à y arriver et à comprendre. Pas de manière philosophique, mais par des exemples de situation et des habilités concrètes. Que vous ayez ou non (est-ce possible ?) des problèmes de rivalités entre vos fratries, je vous conseil ce livre.

Il est possible qu’a la lecture de ce livre, vous vous dîtes « haaa si mes parents m’avaient parlé ainsi ». Moi je me suis rendu compte que, souvent, mes parents avaient essayé de me parler ainsi. En tout cas qu’ils avaient évités un certains nombre de pièges qui m’auraient sans doutes été fatals. Un drôle de choc que ces souvenirs positifs oubliés, pourquoi n’avais je plus ces souvenirs ?

La prise de conscience et le travail pour mes enfants, m’aide, moi… bizarre….

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *