Pour l’union libre, contre le mariage pour tous

Pourquoi cet article ?

Cela fait bien longtemps que je n’ai pas publié un billet à haute résonance politique. Qu’est ce que ma contribution va pourvoir apporté de plus, le sujet cristallise tellement les médias qu’il est abordé ressassé décortiqué par tous les analystes professionnel. Alors pourquoi faire cet article ?
Premièrement n’écoutant que très peu les médias, je pense que ma vision des choses n’a pas été trop perverti et qu’aujourd’hui ma pensée s’est précisé et structuré sur le sujet. Ainsi je pense pouvoir apporter à certains un regard un peu différent sur  la situation.
En deuxième point, je suis tellement perplexe sur le déroulement et la manière de faire les choses, que cela me renvoi sur des questions importantes, pour moi, qui tournent autour de la démocratie, de nos représentants de notre modèle de gouvernance dîtes « représentative ». Nous ne sommes pas en démocratie, et ce cas en est une nouvelle preuve.

Mon avis sur le fond

Qu’il soit bien clair dans la tête de chacun que je suis profondément pour le libre arbitre de chacun d’union et de choix de vie. Et ce tant que le respect et la liberté de l’autre est conservé.
Au moment ou j’écris ces lignes, j’imagine fort bien qu’il puisse être possible de vivre à trois, quatre, … adultes avec des enfants (oui je parle de polygamie), où le droit de chacun puisse être préservé et où les enfants puissent grandir en parfait équilibre. Dans le même temps, et je referme immédiatement ce sujet polémique, le risque d’accepter la polygamie, pour moi, augmente sensiblement le risque qu’une personne et sa liberté au sein de l’union ne soient plus respectées. Pour cette seule raison, je suis aujourd’hui contre la polygamie.

J’ai pris cet exemple pour que vous puissiez bien saisir le fond de ma réflexion, car je suis en plein accord pour dire que :

Si deux personnes, A et B, peuvent s’engager à vivre ensemble, se respecter, assurer le soutien de l’autre en cas de défaillance.
Si il peuvent élever ensemble des enfants en les respectant, et en leurs donnant toute l’affection et l’amour dont ont besoins les enfants.
Alors ils ont le DROIT de le faire.

Je ne pense pas qu’il y ai plus de risque de non respect de ces principes si A et B sont de même sexe où de sexe différents. A ce jour personne ne m’a apporté le moindre début de preuve, de raisonnement, même empirique, qu’en fonction de l’état de A ou de B, la liberté et le respect de l’un puisse être mise en cause. La même réflexion se fait autour des enfants. Vous avez un doute sur la nécessité qu’un enfant puisse être correctement élevé par deux personnes de même sexe ? Doutez vous qu’un enfant puisse être élevé par toute une tribut ? (« il faut toute une tribut pour élever un enfant »)
Je parle aussi de l’amour altruiste, celui si spécial qu’on les parents envers leurs enfants, pensez vous que cet amour puisse être différent, inaccessible, suivant votre attirance sexuel ? Nous ne pouvons pas confondre l’amour du conjoint, et l’amour des enfants…

Un petit jeu :
[A] élève sont enfant seul (séparation, décès)
[B] élève sont enfant seul,
[A] rencontre [B] ils s’aiment et élèves leurs enfants ensemble…

Si votre réflexion change  sur la possibilité que [A] et [B] puissent respecter  les critères mis en avant précédemment, en fonction de leurs sexes, je vous invite dans un premier temps à faire votre analyse et vous demander si vous ne faites pas là un préjugé , dans un deuxième temps, si il ne vous semble pas que votre réflexion  soit un préjugé, à exprimer ici votre point de vue et vision…

Pourquoi je suis contre le mariage pour tous ?

Il m’est absolument insupportable de voir qu’une tranche de la population décide du choix de vivre et de la manière de penser pour toute la population. Notre système de gouvernance n’est même plus représentatif, ou représentatif d’au maximum la moitié de la population. Les lois passent par ordonnance, décret, mais surtout surtout par arrogance sans se préoccuper des ressenti de la (sa) population !

Pouvons nous faire des choix de société en respectant chacun des individus ?

Dans ce cas très précis, pouvons nous prendre en considération que même laïque, le mariage viens de la religion et de toutes les convictions, de chacun, qui vont avec ?
Cela fait-il si longtemps que la séparation de l’église et de l’état est faite, que nous pourrions nous passer des origines de notre société ?

Je comprend parfaitement que certaines personnes veulent défendre leur conception du mariage, leur cadre. C’est leur vie, leur conception, en vertus de quoi j’irais leur imposer ma conception du mariage ?
Je ne crois pas en Dieu, c’est ma conviction. Elle n’est ni vraie ni fausse, c’est ma conviction. D’autres croient en Dieu, c’est leur conviction pas plus ou moins vraie ou fausse que la mienne….
En vertus de quoi je pourrais imposer « DIEU N’EXISTE PAS ? ». Leur conviction c’est que le mariage ne peut être réalisé entre personnes de même sexe, de la même manière que l’on ne peut pas faire l’amour avant le mariage, …
C’est leur convictions, en vertus de quoi je devrais leur imposer ma vision du mariage ?

Les POUR vont me contredire immédiatement en me disant, « oui mais c’est différent on parle du mariage civil pas du mariage religieux »… Ma réponse se trouve dans le paradoxe de l’affirmation, car en effet je pense que c’est différent, nous ne parlons plus de la même chose. En 1789, le même mot à été utilisé pour designer une chose semblable : mariage, les mêmes conditions, les mêmes contraintes, les mêmes choix de vies… Il était normal, logique d’utiliser le même mot… La différence majeur, d’ordre technique : la tenu des registres n’est plus soumis a l’église mais à l’État (ce qui ne change pas beaucoup la perception du mariage me semble-t-il).
D’ailleurs nous n’avions pas besoins de les différencier, je suis sur qu’à 99% chaque personne faisaient à l’époque le mariage civil ET religieux. Je suis sur que lorsque l’on disait je me suis marié on savait que la personne s’était marié à la fois à l’église…
Récemment, j’ai échanger avec mon frère, son mariage civil n’a aucune importance, lorsqu’il parle mariage il pense à son mariage religieux (et tout ce qu’il représente)… Pour ma part, et pour ne m’être marié qu’à la mairie, mon mariage civil a vraisemblablement la même importance pour moi que mon frère avec son mariage religieux (mon mariage civil avec tout ce que cela représente)…. Aujourd’hui lorsque je m’exprime je dis : « Je me suis marié », lorsque mon frère s’exprime il dis « je me suis marié »…. Parlons nous de la même chose ? dans un certains sens,probablement , dans les fondamentaux de chacun je n’en suis pas sur ? Un seul exemple, il me semble que dans le mariage religieux le divorce est quelque peu « interdis », dans mon mariage la fidélité n’est pas une vertu, si je ne désirs pas rester je pars, je me sens libre et non contraint… Notre engagement n’est pas le même.

Aujourd’hui, nous ne parlons plus du tout de la même chose, dans le mariage pour tous (civil) nous actons un changement de société nous acceptons, que des personnes vivent ensemble et élève des enfants quelques soient leur orientation sexuelles. Ces personnes ne sont pas fictives, cela représente des milliers d’individus…
Je sens des CONTRE réagir immédiatement, ‘ »justement nous ne voulons pas de cela »… Ok j’ai deux personnes A et B qui s’aiment, vous ni pouvez rien c’est comme ca. Pour eux c’est possible : aucun dieux ne leur interdis et dans l’état actuelle de notre constitution ce n’est pas interdis non plus. Ils vivent ensemble; vous ne voulez pas, vous faites quoi ? Vous les enfermez en prison ? Vous leur donnez une amende ? Vous les séparez ?
Je pense que notre société doit encadrer cela par un contrat, si il y a des enfants, ils doivent être protégé de la même manière, quelque soit la nature de A et de B : La protection de la personne et des enfants, c’est la le minimum que je demande à mon État. Je crois que si ma femme était homme, il me serait insupportable d’avoir en plus de l’idée de la perdre, l’idée de perdre mes enfants dans le même temps…

Alors OUI je suis contre le mariage pour tous, car le mot mariage appartient à la religion, le contrat initial à été créer par la religion, il ne nous appartient pas de défaire le mariage et l’ensemble des valeurs qui lui sont propre. Il ne nous appartient pas de changer la nature du mot mariage, où toute une partie de la population se retrouve… Nous n’avons pas à blesser les personnes, nous n’avons pas à les choquer ou interférer dans leurs convictions.
Si je ne suis plus en phase avec le mariage, c’est mon problème. Je peux choisir de ne pas me marier. Et je comprend que les personnes n’ai pas envie de dire, pour notifier leur conviction : « Je me suis marier à l’église« , de la même manière que je n’ai pas envie de dire « je me suis marié à la mairie ».
Il m’est insupportable de voir un gouvernement bafouer d’un revers de la main 300.000 personnes… Ou ce trouve le respect de la population, et des personnes qui la constitue ?

Alors OUI nous avons besoin d’un contrat qui légifère, et définit les règles pour que [A] et [B] puissent vivres ensemble et élever des enfants, et ce contrat technique n’a rien à voir avec le mariage, alors améliorons le PACS ou donnons lui un tout autre nom (GARIAME par exemple ;-), peut importe, mais le mot mariage ne peut plus être touché, galvaudé, repris…
Je suis convaincu qu’avec un mot différent, les changements se passeraient beaucoup mieux.
Également, qu’au fur et à mesure du temps, le mot : « mariage civil » omberait en complète désuétude et remplacé par le nouveau contrat (Gariame),  ainsi, le mariage retrouverai les lettres de noblesses aux yeux de ceux qui le prône. En ce sens que l’on comprendrait de quoi ces promoteurs parlent en employons le mot Mariage, et quel choix a fait celui qui s’est Gariamé….

Lorsque l’on appel deux choses différente de la même manière on ne peut pas se comprendre !
Je n’ai pas fait science politique, et pourtant cela me parait être la base ….

Pour finir, je vous invite à lire l’excellent article d’Olivier : http://quotidiendurable.com/news/le-mariage-pour-moi à propos de SON mariage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *