Réchauffement climatique, qui doit proposer les solutions ?

Moi j’aime bien le réchauffement climatique

 

Vive le soleil à NoëlNous sommes le 22 décembre, il y a deux jour j’étais en manches courtes, dans mon jardin, à fendre du bois. Une petite pause tisane, j’étais bien dehors, au soleil dans mon transat. Ce matin j’ai emmené ma fille au centre aérée, maintenant nous appelons cela accueil de loisir, mais moi je préfère centre aéré… A pied, nous courions dans les rues du village. Je suis revenue chez moi tranquillement appréciant ce soleil qui me réchauffe le visage. Il me reste encore du bois de chauffage de novembre. A vrais dire le poêle ne tourne presque pas, a ce rythme le bois de cette année me servira l’an prochain.

Alors oui je suis sensibilisé au réchauffement climatique, mais il ne me pose pas vraiment problème. Au quotidien ce serait même l’inverse : Je suis mieux et ça me coûte moins cher… Mes motivations à modifier mon comportement sont uniquement d’ordre moral : c’est bien pour la planète, pour les générations futurs (mes enfants), pour les personnes des autres pays, pour moi mais plus tard. Ainsi mes efforts sont à l’échelle de mes motivations, je modifie mon comportement sans que cela ne me perturbe trop.
Je ne suis pas prés à faire les véritables efforts, ceux qui seraient nécessaire à mon niveau :

  • Suis-je prés aujourd’hui à arrêter de prendre ma voiture ?
  • A retourner au jardin quelques heures par jour ?
  • A passer moins de temps sur le WEB
  • A abandonner mes projets d’agrandissement ou d’aménagement ?
  • A partir en congé en vélo ?

En ce moment, pour faire découvrir la neige à mes enfants je réfléchis même à partir dans une station de ski…

Je ne suis pas cohérent entre ce que je fais et ma pensée. Pourtant, je pense être hyper sensibilisé, j’essaye de m’investir au mieux dans les associations, je suis en outre convaincu de la nécessité de changement et de changement important. Je me suis posé cette question : pourquoi je ne parviens pas à changer ? Pour moi c’est la motivation. Qu’est ce qui me motive ?

  1. Faire arrêter la douleur
  2. Faire arrêter la peur, peut-être les émotions plus large : la colère notamment est chez moi un moteur de mise en action.
  3. Survivre (me nourrir, me vêtir, me loger)

Je n’ai actuellement aucun de ces trois besoins fondamentaux dans mes motivations. Viennent ensuite des besoins secondaire, confort personnel, devoirs moral sans qu’l y ai d’ordre de priorité. Je crois que pour changer radicalement de manière de penser et de me comporter, il me faudrait soit une contrainte extérieur (loi), soit tombé dans un besoin primaire.

Et les décideurs de la COP21 ?

Et les décideurs de la COP21 des ces 196 pays. Ceux qui ont le pouvoir que pense-t-il du réchauffement climatique ?

  1. Au canada, d’immenses plaine de pétrole bitumeux se dévoilent grâce à la fonte des glaces
  2. De nouveaux gisement pétroliers deviennent rentable.
  3. Ils ont trouvé un nouvel objectif, une nouvelle guerre, un nouveau bouc émissaire « moral » pour détourner l’attention à leurs actions

Ils sont donc plus confortable politiquement avec plus de revenus. Et nous voudrions qu’ils trouvent des solutions de changement pour lutter contre le réchauffement climatique ?

Mais ces personnes sont comme moi : humaine. Moi j’ai appris que le fait de prendre un fouet et de ce flagellais s’appelais du masochisme. Ils me semble que seules quelques personnes en ce monde aiment cette pratique. Je n’ai absolument aucune croyance que les Etats-unis, l’Europe, la Chine ou la Russie, soient masochistes. Ils n’ont aucune motivation pour changer. Pour certains pays comme  l’Arabie Saoudite ce serais même le contraire : l’arrêt su pétrole peux remettre en cause leurs conditions de survies… Tiens motivation une primaire à ne pas changer !

 Alors à qui donner ce pouvoir ?

Nous devons nous déclarer incompétent. Nous ne sommes pas en mesure de faire ce changement par nous même. Il faut rendre ce pouvoir de décisions. Je pense que politiquement, le pouvoir de réfléchir aux meilleurs solutions et les priorités d’actions sont à donner aux pays qui seront les premiers touchés par le réchauffement climatique. Ils prendrons en compte dès maintenant le problème des réfugier à venir, ils ont conscience de la rareté de la terre et prendrons des décisions prenant en compte ce problème. Parce que eux actuellement ils ont peur et leur survie est remise en question, il n’y a pas de personne plus motiver à limiter le réchauffement climatique.Et donc il n’y a personne qui ne soit plus en mesure de trouver les solutions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *