Utiliser les vrais mots pour parler à vos enfants

En ce moment dans la classe de ma fille (moyenne section) il y a une mante religieuse. Chose extraordinaire, elle a pondu !
Intrigué, j’ai regardé sur le web et appris que cette coque s’appelait une Oothèque.

Le lendemain j’en parle au maitre de ma fille, qui ne connaissait pas non plus le mot.

Ce matin on ré aborde le sujet, me demandant quand cet œuf allait éclore.
A ma grande surprise le maitre me dis qu’en effet le nom est bien une oothèque, mais que pour les enfants il dit « un cocon c’est plus simple ».

Je suis perplexe.
Je ne comprend pas à quel moment faut il apprendre le bon mot ? L’enfant de 4 ans ne serait pas capable de comprendre qu’une oothèque est une sorte de cocon?
De plus il voit en face de lui l’oothèque, il l’observe tous les jours le meilleur moyen pour lui de faire la différence entre une oothèque et un cocon…

Pour peu que l’on prenne la peine d’identifier le mot et de l’expliquer :

« Membrane-coque qui protège la ponte (œufs) de certains insectes, notamment les blattes et les mantes, et chez certains mollusques.
Le mot est une combinaison des deux mots grecs oion, signifiant « œuf » et theke, signifiant « couverture » ou « contenant ».
Une oothèque contient normalement de nombreux œufs, entouré d’une mousse de protéines qui peut alors durcir pour former une carapace dure assurant une protection.
La ponte flottantes de certaines espèces de moustique s’appelle une nacelle. »

Franchement, je trouve qu’il y a là de quoi échanger avec une classe de moyenne section sur:

  • les mots, leurs origines,
  • La nature, comment on se protège, les prédateurs
  • Faire éventuellement des expérience (la main à la patte en moyenne section sur la flottabilité)…

Mince je trouve que le thème est là, avec des enfants passionnés, et j’ai l’impression que l’on passe à coté.

Bon j’ai un peu dérivé de mon sujet principal :Utiliser les vrais mots

C’est vraiment important je pense. Je me souviens de ma fille disant à sa marraine à 3 ans, « j’ai mal à la vulve ». La marraine, surprise d’entendre ce mot dans la bouche d’une petite fille, a tout de suite compris ou ma fille avait mal. A la suite, sa marraine me demande : »mais comment connait-elle ce mot ? ».
C’est tout simplement le seul mot que je connaisse pour identifier cette partie du corps. Si j’ai envie que ma fille connaisse cette partie du corps il faut bien que je lui dise le bon mot. Elle est trop petite ? Ok alors quel est le bon age pour apprendre ce mot ? Y a t il un age pour apprendre certains mots ?

Avec ma fille nous lisons des contes de GRIMM ou d’ANDERSEN, nous avons des versions adaptés, mais là je vous parle des contes dans leur version original. Déjà cela me fait un très bon exercice de lecture, ensuite, ma fille écoute, de manière passionnée. Je ne sais pas si elle comprend tout, mais je suis sûr qu’elle comprend le conte dans son ensemble. Les mots difficiles elle commence à les entendre.

Des mots trop compliqués ?

La petite souris qui vit plus loin que le bout de son nez

La petite souris qui vit plus loin que le bout de son nez est un petit conte des éditions pour penser à l’endroit. Ce livre est donné pour lire à partir de l’age de 2 ans.
En échangeant avec une amie, elle m’a dit:  « Oui c’est bien mais les mots son trop compliqué pour cet age, c’est difficile pour eux à comprendre ».

Pour ma part, ce livre a été l’un des tout premier de notre collection pour enfant. On y aborde la peur de l’autre, la tolérance et… les préjugés !

Ne préjugeons nous pas des capacités de nos enfants lorsque l’on décide à leur place ce qui est compliqué ou pas ?

Je suis sûr que lorsque je sortirais un livre trop compliqué pour ma fille elle me le dira et très rapidement.
Je suis convaincu qu’il faut utiliser les vrais mots pour parler à nos enfants, que les livres ne sont pas trop compliqués pour eux, tant qu’il ne nous le font pas savoir.

Si ma fille veut feuilleter l’encyclopédie à 4 ans, c’est qu’elle y apprend des choses, ou tout au moins elle y trouve de l’intérêt…

Certes sans doute différent du mien.

 

 

  1 comment for “Utiliser les vrais mots pour parler à vos enfants

  1. BROCHARD
    25 janvier 2013 at 19:53

    J’adore ton Blog ! Merci ! Pour ces reflexions, ces recherches, que l’on ne prend pas le temps de faire, et du coup cela ce traduit par des petites pointes de regret à répétition : oui, on s’était tellement dit que .. on ne fera pas pareil ! On enrichira la curiosité de notre enfant ! On la nourrira ! On lui expliquera au lieu d’éluder !On le fera réfléchir au lieu de lui pondre des « tout fait tout faux » qu’il devra débrouiller par lui même plus tard ! Tous ces sentiments issus de mon enfance (je ne ferais pas pareil) et … pas le temps..comment faire autrement.. la conjonction des deux : un non savoir, et pas le temps de chercher..
    Merci Dom, pour ces mots vrais et juste :
    Le combat c’est stupide : tu te rends compte adulte que le non combat (rester soit sans entrer dans les provocations, les injonctions etc), rester objectif est bien plus dur !! Et tu passe ta vie d’adulte à apprendre comment sortir du mode combat qui t’emprisonne, t’automatise et t’empoisonne la tête ! ça m’évoque le principe d’un sport de combat asiatique.. le je sais plus quoi -ZEN : « rester objectifs », avoir les outils pour ne pas se faire écraser. Ne pas écraser. Compliquer d’enseigner les outils pour se défendre, notamment avec l’école. A réfléchir. J’adore mon neveu sur ce point (mon frère, son père, angoisse pour lui, pour l’école, mais je crois qu’il a tort) : mon neveu m’a rassuré sur les garçons : il a été éduqué par ma belle soeur, à la sensibilité grande comme ça et institutrice, et aussi par mon frère, à la sensibilité grande comme ça. Comment dire : ils ne lui ont pas inculqué des « ça ne se fait pas quand on est un garçon » (pleurer, avoir des peluches, jouer avec une fille,dessiner… Ils lui ont enseigné à poser ses limites de façon non violente : « Albane, je n’aime pas être tapé », et il s’en va. Ils lui disent « c’est bien !!! Je suis fière de toi ! très fier!  » et non pas « t’es le meilleur » « t’es un champion » ou « tu vas y arriver, j’ai confiance en toi » et non « tu vas y arriver, bas toi, tu vas gagner j’en suis sûre ».
    Bref, un petit garçon bien. Qui apprend en parrallèle le Judo pour savoir se défendre. Pas con.
    Une grande différence de comportement par rapport à un autre neveu, du même âge.. »Moi je sais et pas toi, na, na, na  » ou « on fait la course, c’est moi le meilleur » ou en parlant de Clara et en s’adressant à Loup (et ça Grrrr de Grrr de je lui en collerait bien une ! ) attend, on va pas jouer avec elle, c’est une fille ! (Loup de répondre, « t’es con » et de continuer à jouer avec Clara, )..Bref..

    ET oui, quand on ne fait pas attention : qu’est ce que l’on peu reproduire de shéma que nous même nous trouvons con !

    ET OUI sur les mots ! Sur la curiosité des enfants ! Je suis fainéante parfois. ET quel dommage ! Enfin, je m’améliore. Mais je sens bien que Clara a envie d’apprendre ! de comprendre ! Pas si simple de trouver des livres intélligents adapté à leur âge ! Je crois que dès que j’ai récupéré un salaire, je vais être une fervente admiratrice de l’édition que tu présentes. Ou… pourquoi pas 1 livre par mois.. tiens c’est une idée pas bête, je vais la mettre en pratique !

    Et puis continue tes recherches, tes réfléxions, et continue à nous les faire partager. C’est INTERESSANT, ESSENTIEL, et IMM2DIATEMENT PRATIQUE et ça c’est rare de trouver ça sur le web (facilement accessible) ou alors il faut chercher…mais je n’en suis pas encore là..
    Bises.

Répondre à BROCHARD Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *